Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 03:15

Ce matin le réveil a failli m’extirper du sommeil. Depuis que je suis arrivé au Nouveau Brunswick, j’ai changé de fuseau horaire, du coup, je trouve que le soleil se lève à une heure plus raisonnable. Petit tour dans la salle de bain puis je me dirige vers le séjour pour prendre mon petit déjeuner. Les autres convives me rejoignent et nous voici 4 ainsi que mes hôtes à converser. Je suis peu bavard, car j’essaie de suivre la conversation (en anglais, je le rappelle). Les propos échangés sont intéressants, et l’heure tourne rapidement (un couple d’anglais, une canadienne et un français, forcément ça compare ses spécificités nationales).

Je me prépare et en profite pour installer une fixation vidéo sur ma valise latérale droite(histoire de changer d’angle de vue). Je prends la route non sans les salutations chaleureuses de Jane et Jerry. Le plein de "gaz regular" et je tente de reprendre la route du sud en évitant l’autoroute. Elles sont gratuites, pas toujours à plusieurs files mais surtout elles m’ennuient : trop droit, trop de camion, bref, c’est "plate".

J’avoue tourner en rond quelques kilomètres, mon GPS a sa carte qui s’oriente automatiquement ce qui ne fait rien pour m’aider à trouver mon azimut, de plus, bizarrement il refuse de m’indiquer une partie du fond de carte. J’arrive alors ici :

16 sept 01

Oups !!! Je suis à la frontière des Etats Unis d’Amérique, n’étant assuré que pour le Canada, je prends juste un cliché avant de rebrousser chemin. Un petit coup sur ma carte et je suis reparti. Oui, bien qu’équipé d’un GPS très performant, je m’oriente surtout à la carte. Je ne me sers de cet appareil que pour visualiser les routes (carto plus précise que celle papier) et surtout pour enregistrer ma trace.  Je mettrai tout mon parcours en ligne une fois revenu en France. Je longe donc la rivière tobique, petite route sinueuse et boisée.

16 sept 02

Je vais me répéter mais ici les rivière jouent aux fleuves et les largeurs des courts d’eau sont impressionnantes, les ponts en métal sont souvent très longs. A Florence Ville, je m’arrête prendre un fameux pont couvert.

16 sept 03

J’en croiserai plusieurs autres plus tard, quelques uns pas plus long que celui-ci et un autre long de plusieurs centaines de mètres du côté de woodstock sur la rivière Saint Jean, il me semble. Cela fait maintenant plus de cents kilomètres que je longe ces rivières et j’ai envie de changer de style de route. Je décide de tenter de couper vers l’Est vers Millville pour rejoindre Fredericton. Là, je retrouve un milieu plus forestier, et j’aime beaucoup. C’est un peu vallonné et lorsqu’une éclaircie dans les arbres laisse profiter du panorama, le gigantisme des lieux donne toute sa mesure. Les habitations s’espacent un peu, la circulation diminue, en revanche on sent que le "français" commence à disparaître.

16 sept 04

Rien de vraiment remarquable dans les paysages, les massifs forestiers s'enchainent, entrecoupés de prairies, lacs, etc, … La monotonie de la route est entrecoupée par les zones de travaux incalculables que je croise. J’aime rouler interminablement dans cette nature sauvage, ici les gens ne comprennent pas mon goût pour ce genre de sentiment.

En parlant des gens et de leur mode de vie, juste quelques remarques sur ce que je peux voir. Tout d’abord, comme j’ai pu le dire il n’est pas rare de voir un drapeau canadien ou de sa province sur le perron de sa porte. Chose plus inimaginable pour nous, c’est actuellement je crois, période de campagne électorale. Non seulement, on voit régulièrement des affiches de candidats ou candidates "tout sourire" pour qu’ils soient nommés "député", mais en plus, on voit devant les maisons des particuliers, le panneau du candidat qu’ils supportent. En revanche, une chose éveille ma curiosité, j’ai à plusieurs reprises vu sur les façades des maisons une étoile à 5 branches, je m’en vais enquêter auprès de mon hôte de la journée pour savoir ce que cela signifie.

16 sept 05

Dernière chose par rapport aux bâtiments et en particulier des églises, évidemment ici pas de monument en pierre vieux de près de mille ans mais des édifices de belle facture, souvent spacieux et surtout nombreux, très nombreux. Il n’est pas rare de voir dans un village de quelques âmes 2 églises se faisant face. Cela s’explique par les nombreux cultes chrétiens différents ici présent.

J’arrive finalement vers Saint John. Le temps est relativement beau. Il a été menaçant mais jamais pluvieux. La température correcte se rafraichissait dès que je prenais un peu de hauteur. Normal quoi ! Avant d’arrêter à mon point de chute je m’arrête à un centre d’information touristique. Service irréprochable par deux charmantes hôtesses, je repars avec les horaires du ferry pour demain, 2 adresses de B&B et quelques cartes. Un saut au terminal du ferry, on me dit que celui-ci part demain à midi mais qu’il est complet. Je m’inscris sur une liste d’attente et l’employée me conseille de me présenter demain vers 10h30 pour qu’on me trouve une petite place …( à suivre donc). Je me présente au premier gîte proposé, la personne a laissé un mot comme quoi elle est partie et revient plus tard. J’en profite pour aller retirer du liquide en ville et jeter un œil. Je dois avouer ne pas être charmé : des travaux partout, une ville très industrielle et les gens contrairement à ce que j’avais vu jusqu’ici conduisent vite.

16 sept 06

Petite curiosité locale tout de même : les chutes réversibles. Il s'agit de chutes d'eau qui changent de sens en fonction de la marée. Evidemment ces chutes ne font pas quelques mètres de haut, il s'agit à mon sens plus de ''rapides'' qu'autre chose mais c'est en effet étonnant.

Mon argent en poche, je n’ai pas envie de flâner, je repars vers ma première adresse, non sans m’être fait coincé dans des bouchons, … et pas question de remonter les files ou pire encore d’emprunter la file de droite qui bien que vide ne sert qu’à tourner à droite à la prochaine intersection.

Une fois arrivé la porte est toujours close, je me dirige vers la seconde adresse quelques dollars plus cher mais la porte est grande ouverte et la maison superbe. Ma moto va même dormir dans le garage, elle mérite bien une nuit au chaud pour le service rendu jusqu’ici. Demain, je prendrai le temps de ranger un peu mes affaires et étudier mon programme des jours à venir. De toute façon, ma journée va surtout être occupée par ma traversée (3 heures environ).

1450 kilomètres de parcourus sur ma moto depuis mon départ. Aujourd’hui une conso moyenne de 5,15 litres au 100 kilomètres, … pas mal pour un vieux 1000 cm3.

@ suivre …

Ma trace sur Google Map

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Loic 17/09/2010 19:11



et après 1450km comment va le fessier? et marie demande comment vont les coucougnettes? besoin d'un massage? précise t'elle...



Phs74 17/09/2010 12:56



Je t'avais pourtant dit d'emprunter le GPS de Looping !!!


avec lui tu te serais surement retrouvé au Mexique sans même t'en rendre compte



Yeril 17/09/2010 10:23



C'est quel état derrière la frontière ? dommage de n'avoir pas pu y faire un tour mais ça doit être plus compliqué à passer qu'une frontière européenne^^



Manouch de Carmélide 17/09/2010 08:29



Tabernak


Sinon, est-ce que tu as eu le temps de te trouver une blonde pour s'occuper de tes gosses ? :p


Trêve de plaisanterie, superbes photos comme tous les jours.


Gros bisous Mouflon



Présentation

  • : Québec Way Round 2010
  • Québec Way Round 2010
  • : Suivez moi dans ce rêve qui me suit depuis mon enfance : Faire le tour du Québec à moto.
  • Contact

Recherche